Pages Navigation Menu

Artiste peintre contemporain

Christo et Jeanne-Claude, land art

Christo et Jeanne-Claude, land art

Christo crée un art éphémère

Christo Vladimirov Javacheff nait en Bulgarie en 1935. En 1953, Christo débute sa formation artistique aux Beaux Arts de Sofia où il étudie la peinture, la sculpture et l’architecture jusqu’en 1956.
L’état bulgare le charge d’aménager les abords du train Orient-Express afin de moderniser et de promouvoir l’image du pays aux visiteurs occidentaux mais Christo rencontre rapidement quelques problèmes avec l’idéologie du système en place.
Il s’installe à Paris en 1958 et rencontre Jeanne-Claude de Guillebon qu’il épouse. C’est le début d’une grande collaboration artistique efficace. Christo est l’artiste, Jeanne-Claude l’organisatrice.

Comme César, Mimmo Rotella, Niki de Saint Phalle et Gérard Deschamps avant lui, Christo rejoint le groupe des nouveaux réalistes en 1963.
Ses premières œuvres sont des peintures abstraites et des empaquetages d’objets ou de modèles vivants dans de la toile ou du plastique.
Ils émigrent aux États-Unis en 1964, et travaillent sur des projets de grande envergure.

Christo et Jeanne-Claude utilisent le tissu pour créer des œuvres éphémères en “emballant” des paysages, des édifices, des lieux. Ils pratiquent le land art, modifient un lieu ou un paysage de manière provisoire ou durable. Leur originalité : un travail grandiose, monumental et éphémère.

L’œuvre de Christo ne peut être comprise que lorsqu’on se retrouve devant, face à elle et mesurer son impact. Pour Christo, leur art doit impressionner le public et proposer une nouvelle vision. Un monument emballé, trouve une toute autre forme, une toute autre identité, un tout autre impact. Les Christo recherchent une popularité de leur art.

Christo réalise des projets de plus en plus fous et de plus en plus techniques nécessitant un travail d’équipe et de grands moyens. L’organisation et la logistique font parti de leurs œuvres, de leur art. En effet, il ne faut pas oublier le nombre de démarches pour pouvoir réaliser chaque projet, demandant plusieurs années d’investigations et souvent d’abandons.

Christo crée un art éphémère, esthétique difficilement commercialisable. Son œuvre doit être médiatisée pour exister.

L’urgence d’être vu est d’autant plus grande que demain tout aura disparu…

Leurs créations sont sans signification sans rôle social, politique, économique, moral ou philosophique.

Nos projets sont des œuvres d’art in situ, ce ne sont pas des objets transportables. D’habitude une sculpture normale, qu’elle soit classique ou moderne, a son propre espace physique. D’une certaine façon cet espace appartient à la sculpture car il a été préparé pour elle. Nos projets touchent une sensibilité plus vaste, en fait ils s’approprient ou empruntent l’espace qui habituellement n’appartient pas à la sculpture.

Christo, The Umbrellas, Japon-USA, Christo 1984-91

Christo, The Umbrellas, bleus au Japon, jaunes en Californie – 1984-91

Christo and Jeanne-Claude
The Umbrellas, Japan-USA, 1984-91
Photo : Wolfgang Volz © 1991 Christo

Le 9 Octobre 1991, les Christo ont déployé 3100 parapluies à Ibaraki au Japon et en Californie en même temps sur les deux sites.

Les parapluies évoquent la disponibilité de chaque vallée, créant une invitation à un espace intérieur, comme une maison sans murs, ou une installation temporaire au caractère éphémère d’œuvre d’art.

Christo n’accepte pas le parrainage, il a entièrement financé le projet par la vente de ses précédentes études, dessins préparatoires, collages, maquettes, et lithographies originales.

Le retrait a commencé le 27 octobre et le terrain a été remis dans son état original. Les parapluies ont été démontés et la plupart des éléments ont été recyclés.

Au Japon, l’espace est précieux, les parapluies étaient intimement rapprochés dans la végétation luxuriante enrichie par l’eau toute l’année, les parapluies étaient bleus.
Dans l’immensité californienne, les parapluies était dans toutes les directions. Les collines brunes sont couvertes d’herbe blonde, les parapluies étaient jaunes.

Pour en savoir plus sur Christo et le land art :
. Site officiel
. Nils Udo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *